Retour

Conduite accompagnée : une formule gagnante

conduite accompagnée

La conduite accompagnée permet aux jeunes personnes de commencer à apprendre à conduire dès l’âge de 15 ans, avec un accompagnateur.

La conduite accompagnée

La conduite accompagnée, également appelée Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC), séduit un grand nombre d’aspirants conducteurs ainsi que leurs proches. En effet, cette pratique apporte des avantages financiers et renforce la sécurité sur la route.

Les jeunes passant par l’AAC sont mieux à même de manipuler le véhicule (maîtrise mécanique, automatismes) et réussissent en moyenne mieux l’examen du permis de conduire. En effet, ce parcours leur permet d’apprendre en faisant face à plus de situations concrètes.

Accessible dès 15 ans, les élèves peuvent alors passer l’examen à partir de 17 ans et demi. Bien sûr, ils doivent attendre 18 ans pour conduire un véhicule seul une fois le permis obtenu.

Un apprentissage dans des conditions rassurantes

L’accompagnateur, qui est souvent un membre de la famille, permet de garder une ambiance détendue dans le véhicule. Là où l’élève peut se sentir moins à l’aise avec un instructeur. Tout en apprenant, l’élève gagne fortement en expérience grâce à cette pratique pour des usages familiaux.

Quelles sont les parties prenantes de la conduite accompagnée ?

L’élève

Dès 15 ans, l’élève peut prendre place dans la voiture et commencer à conduire en présence de son accompagnateur, après avoir préalablement suivi des cours auprès de l’auto-école. Ensuite, il peut se présenter à l’examen du permis de conduire dès 17 ans et demi. Cependant, il ne pourra conduire seul qu’à partir de 18 ans.

L’accompagnateur

Souvent un membre de la famille, l’accompagnateur doit respecter certaines conditions. En effet, il doit avoir obtenu son permis B il y a au moins 5 ans, sans annulation ou invalidation. De plus, il doit obtenir un accord de la part de son assureur. Un élève peut avoir plusieurs accompagnateurs.

L’école

Plusieurs rendez-vous de 3 heures avec l’auto-école sont obligatoires lors de la période de conduite accompagnée. De plus, pour pouvoir commencer la conduite accompagnée, l’élève doit avoir suivi au moins 20 heures de cours. S'il souhaite obtenir un permis pour boîte automatique, la formation est alors de 13 heures minimum.

Comment se déroule la conduite accompagnée ?

La conduite accompagnée est un processus en trois étapes : 

Tout d’abord, la formation en auto-école. Après avoir réussi son examen du code de la route, l’élève suit une formation classique de 20 heures de conduite minimum ou de 13 heures minimum s’il souhaite un permis pour boîte automatique. Si l’élève est déjà titulaire d’un autre permis, le nombre d’heures de formation peut être revu à la baisse.

Ensuite, la conduite avec accompagnateur. Une fois ses cours de conduite terminés, l’élève peut prendre le volant en compagnie de son accompagnateur. La durée de la conduite accompagnée doit être au minimum de 1 an et 3000 kilomètres minimum doivent avoir été parcourus.

Pendant cette période de conduite avec accompagnateur, des rendez-vous avec l’auto-école sont prévus. D’une durée de 3 heures, ces rendez-vous interviennent respectivement : 

  1. Entre 4 et 6 mois après le début de la pratique
  1. Après avoir parcouru 3000 km

Enfin, la dernière étape est bien sûr de passer l’examen du permis de conduire. Attention, le code doit avoir été obtenu maximum 5 ans avant le passage du permis. Sinon, il faut le repasser.

Quelles sont les obligations à respecter lors de la conduite accompagnée ?

La pratique de la conduite accompagnée est régulée et il y a certaines règles à suivre : 

  • Pour des raisons d’assurance, l’élève n’a pas l’autorisation de conduire sur un territoire autre qu’un territoire français, même accompagné.
  • Lorsque l’élève est au volant, les documents suivants doivent être disponibles lors d’un éventuel contrôle : 
    • Le livret d’apprentissage
    • Le document d’extension de la garantie de l’assurance auto
    • Le formulaire de demande du permis de conduire
  • Enfin, le signe “conduite accompagnée” doit obligatoirement apparaître à l’arrière du véhicule lorsque l’élève est au volant.

Les limitations de vitesse en conduite accompagnée

Tout comme pendant sa future période probatoire, l’élève doit respecter certaines limitations de vitesse : 

  • 110 km/h sur les sections d’autoroutes dont la vitesse est limitée à 130 km/h 
  • 100 km/h sur toutes les autres sections d’autoroutes 
  • 100 km/h sur les routes à deux chaussés séparées par un terre-plein central 
  • 50 km/h en agglomération
  • 80 km/h sur toutes les autres routes

Quels sont les avantages de la conduite accompagnée ?

  • La période de permis probatoire est réduite de 3 ans à 2 ans. Un nouveau conducteur possède 6 points et atteint 12 à la fin de sa période probatoire sans infractions.
  • La formation est accessible dès 15 ans.
  • Une expérience de conduite supplémentaire est acquise avant le passage de l’examen.
  • L’épreuve du permis de conduire peut être passée à 17 ans et demi.
  • Les chances de réussite de l’examen du permis de conduire sont augmentées : 74% de chances de réussir du premier coup contre 55% par la voie classique.
  • Les assurances accordent souvent un tarif préférentiel “jeune conducteur”.

La conduite supervisée : quelles différences ?

La conduite accompagnée étant possible jusqu’à 18 ans uniquement, les élèves souhaitant effectuer un parcours similaire à l’AAC peuvent alors se rabattre sur la conduite supervisée.

Comme en conduite accompagnée, la conduite supervisée vous permet de passer un certain nombre d’heures de conduite auprès d’un proche avant l’examen. Augmentant fortement les chances de réussir ce dernier, elle peut aussi permettre de pratiquer la conduite suite à un échec dudit examen. Ainsi, l’élève travaille ses lacunes et optimise son temps d’attente de re-passage du permis.

Plus souple qu’en conduite accompagnée, il n’y a pas de durée minimale de pratique ni de quantité minimale de kilomètres à parcourir. Néanmoins, on préconisera tout de même une durée de 2 à 3 mois minimum et 1000 km parcourus minimum.

Quels sont les avantages de la conduite supervisée ?

  • Acquérir de l’expérience supplémentaire à moindres coûts pour compléter sa formation initiale.
  • En cas d’échec à l’examen pratique, améliorer ses acquis en attendant de le repasser.
  • Comme pour la conduite accompagnée, le taux de réussite de l’examen du permis est augmenté : 74% de chances de réussir du premier coup contre 55% par la voie classique.